Oeuvres et processus de création

La critique génétique est une science née en France dans les années 1970. Elle a renouvelé la connaissance des textes en intégrant à leur compréhension, les brouillons de l’œuvre. Par son approche, « empirique » et phénoménologique de la création littéraire, la génétique permet de dégager des significations à partir des métamorphoses du manuscrit et des étapes de l’élaboration de l’écriture. Alors que la nouvelle critique avait, dans les années 60, en partie délaissé la figure de l’auteur (voire, « tué » celle-ci), la génétique l’a « ressuscitée » en proposant une nouvelle lecture des oeuvres à partir du « processus » de l'écriture, du processus de leur création.

La méthode génétique sonde la mémoire de l’acte de création par la collecte les traces et indices matériels inscrits dans les brouillons. Ainsi, elle vise à mieux comprendre la préparation de l’œuvre par, par exemple, l'étude des brouillons et l'analyse des multiples campagnes de corrections et de réécritures des textes. 

L'application de cette méthode aux écrits de José Mora Guarnido permet de comprendre comment, au fil des ans, une mémoire de l'espace et du pays perdu s'installe dans les textes.